Compte tenu de la couleur claire du tapis de danse, seules les chaussettes de couleur claire et les chaussons de danse de couleur claire et à semelles claires et propres (sans colophane) sont autorisés dans la salle de danse.

    

Amana Studio - 21, rue Froidevaux 75014 Paris  -  Métro : Denfert-Rochereau    -   Page Contact 

Mémoire sur la  danse orientale : conclusion

“ Belle femme, fille de la grâce et de la joie, d’où vient ton art ?

Comment peux-tu maîtriser la terre et l’air dans tes pas

Et l’eau et le feu dans ta cadence ?

La danseuse s’inclina devant le Prince et dit :

Votre Altesse, je ne saurais vous répondre, mais je sais que

L’âme du philosophe veille dans sa tête,

L’âme du poète vole dans son coeur

L’âme du chanteur vibre dans sa gorge,

Mais l’âme de la danseuse vit dans son corps tout entier. ”

KHALIL GILBRAN “ la danseuse orientale ”

 

Ainsi, même si elle semble être aussi vieille que l’époque néolithique où l’homme avait besoin de rituels pour accompagner sa vie , la danse dite orientale n’a cessé d’évoluer, dans toutes les parties du monde, bénéficiant de l’influence des diverses migrations. C’est cependant à l’est du bassin méditerranéen qu’elle a atteint une grande subtilité.

Nous avons développé plusieurs ouvertures. Par la médiation du corps, j’ai voulu montrer la complexité des rapports de la danse avec la culture orientale et occidentale, avec la féminité et le regard masculin, avec la tradition et la modernité. Son accessibilité la rend universelle et fait d’elle une danse en perpétuelle évolution, dont l’intérêt se situe au-delà des cabarets touristiques. Nous pouvons parler d’art à part entière dont les bénéfices pour le corps physique et le psychisme sont redécouverts par l’occident depuis deux décennies environ.

 

Au-delà du domaine artistique pur, de nombreuses initiatives semblent actuellement mêler le monde de l’art et de la santé. L’accès à la culture à l’hôpital semble en rapport avec la demande des usagers de la santé pour plus d’humanité dans la médecine. La recherche d’une certaine qualité de vie nous amène à appréhender les patients comme individus à part entière et non plus seulement comme individus malades. C’est avec cet état d’esprit que j’ai proposé des spectacles de danse orientale dans une unité de soins palliatifs.