Compte tenu de la couleur claire du tapis de danse, seules les chaussettes de couleur claire et les chaussons de danse de couleur claire et à semelles claires et propres (sans colophane) sont autorisés dans la salle de danse.

    

Amana Studio - 21, rue Froidevaux 75014 Paris  -  Métro : Denfert-Rochereau    -   Page Contact 

Mémoire sur la  danse orientale : la cavité abdominale

Cette étude a été principalement réalisée à partir de E. Marieb “ Anatomie et physiologie humaines ”,op.cit et K-P.Valérius et al. “ Les muscles – Anatomie fonctionnelle des muscles de l’appareil locomoteur ”, Ed. Maloine, 2004.

1- La cavité abdominale

 

Elle est délimitée :

  • En haut, par le diaphragme ; en bas par le diaphragme pelvien composé des muscles élévateurs de l’anus et du muscle  coccygien

  • Devant par le grand droit de l’abdomen ; derrière, par les muscles carré des lombes, les muscles illio-costal, les muscles dorsaux et les muscles illio-psoas.

  • Sur les côtés, de l’extérieur vers l’intérieur, par les muscles obliques externes ou grand obliques, les muscles obliques internes ou petit obliques et les muscles transverses de l’abdomen.

 

a- Le Diaphragme

 

Outre d’être un muscle essentiel dans la respiration et donc, pour l’effort, le diaphragme permet de moduler la pression dans la cavité abdominale et entre dans le jeu des ondulations.

                                                                            Figure 13 Vue inférieure du diaphragme

Le diaphragme s’insère en avant sur la face dorsale de l’appendice xiphoïde, sur la gaine profonde des grands droits, sur la partie interne des cartilages costaux (7e à 12e), en arrière sur les 3 premières vertèbres lombaires.

b- Plancher pelvien

 

Il est composé du diaphragme uro-génital, des muscles élévateurs de l’anus et des muscles coccygiens. Il n’entre pas vraiment en jeu dans la modulation des mouvements. Par contre, la tonicité de ces muscles est primordiale pour le soutien des viscères. La danse orientale pouvant être pratiquée par tous, y compris par des personnes à la sangle abdominale fragile (nombreuses grossesses..), il est important de pouvoir renforcer ce plancher pour qu’il puisse résister aux pressions et aux tremblements.

                                                               Figure 14 Vue supérieure des muscles du plancher pelvien.

c- Grand droit de l’abdomen

Il possède un rôle central dans toutes les modulations de la paroi abdominale sur le plan sagittal, en coordination avec les autres muscles. Il permet un flexion du rachis lombaire. Il s’insère sur la crête et la symphyse pubiennes en bas, sur le sternum, le cartilage des 5e-6e-7e côtes en haut. Il est segmenté par trois intersections tendineuses.

 

d- Muscle oblique externe

 

La contraction bilatérale des obliques externes aide le muscle grand droit dans la flexion du rachis lombaire. Il creuse aussi la cavité abdominale. Une contraction unilatérale entraîne soit une rotation controlatérale du bassin sur le plan horizontal, soit un pincement de la taille ( remonte l’aile iliaque vers les cotes) sur le plan frontal. Il s’insère en haut sur la face externe des huit dernières côtes et en bas sur la ligne blanche par l’intermédiaire d’une aponévrose large, sur la crête et le tubercule pubien, sur la face antérieure de l’aile iliaque.

 

e- Muscle oblique interne

 

Sa fonction dans la danse est similaire à celle de l’oblique externe en cas de contraction bilatérale. La contraction unilatérale permet au contraire une rotation homolatérale (action agoniste du grand oblique controlatéral sur le plan horizontal).

Il permet aussi de remonter l’aile iliaque vers les côtes (action agoniste du grand obliquehomolatéral sur le plan horizontal )

Il se situe en dessous du grand oblique. Il débute sur le ligament thoraco-lombaire, la crête iliaque, le fascia thoraco-lombaire et s’étend en éventail vers le cartilage costal des 9e-12e côtes, crête pubienne et la ligne blanche par l’intermédiaire de la gaine des grands droits.

f- Muscle transverse de l’abdomen

 

Sa contraction bilatérale permet de creuser la cavité abdominale. En cas de contraction unilatérale, il est agoniste de l’oblique interne sus-jacent et permet une rotation du même côté(plan horizontal). Il n’intervient par contre pas sur le plan frontal.

Il s’insère en arrière que le cartilage costal des 6e-12e côtes se dirige horizontalement versl’avant où il s’insère sur la ligne blanche.

      Figure 15 Coupe transversale de l'abdomen montrant les rapports entre les muscles de la paroi antéro-latérale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 16 Vue antérieure et latérale gauche des couches musculaires successives des muscles de la paroi abdominale.

g- Muscle carré des lombes

Il complète l’action des muscles oblique interne et transverse homolatéraux dans la rotation antérieure du bassin (plan horizontal), l’action des deux obliques homolatéraux pour faire remonter l’aile iliaque (plan frontal).

Il s’insère sur le bord inférieur de la 12e côte, les processus costaux des 1e-4e vertèbres lombaires et se dirige en bas vers la crête iliaque et le ligament illio-lombaire.

 

h- Muscle Ilio-costal des lombes

 

Il est agoniste du muscle carré des lombes homolatéral. Il permet de plus l’extension du rachis(plan sagittal). Il s’insère en haut sur l’angle costal des 7e-12e côtes et en bas sur la crête iliaque, le sacrum et les apophyses épineuses des vertèbres lombaires.

                                                              Figure 17 Vue postérieure des muscles du dos

i- Muscle ilio-psoas

C’est un agoniste des grands droits dans la flexion de la hanche sur l’abdomen et entraîne la une diminution de la lordose lombaire (plan sagittal). Le muscle psoas est aussi l’agoniste des muscles responsables de la montée de la hanche (plan frontal). Le psoas s’insère sur les corps et les processus transverses des vertèbres lombaires et D12. L’iliaque s’insère sur la fosse iliaque interne, la crête iliaque, le sacrum. Les deux muscles se rejoignent et s’insèrent par un tendon commun sur le petit trochanter du fémur.

                                        Figure 18 Muscles de la partie antérieure et médiale de la cuisse et de la hanche.